Créer mon blog M'identifier

Le Destin vert

Le 30 mai 2013, 21:31 dans Création 0

 

                  Aujourd'hui je présente un tableau que j'ai réalisé il y a quelques mois déjà, une toile qui présente des amoureux, toujours, mais qui ne fait pas partie de la série des amoureux masqués( plus récente).Ici il s'agit de pastels à l'huile. Je montre cette création ce soir car demain le 30 MAI constistue un jour très symbolique pour moi.Ce tableau est une création que j'affectionne particulièrement, c'est peut-être celle que je préfère(je ne m'explique pas pourquoi). Le cheminement pour aboutir à la représentation du personnage masculin a été assez étonnant. En fait, j'ai songé à la personne et je ne sais pour quelle raison, j'ai imaginé cet homme avec des cheveux sans pour autant me le figurer vraiment avec ces cheveux donc j'ai tranché en représentant une sorte de crête ainsi j'étais à mi-chemin entre crâne rasé et cheveux. Dans ce tableau, il y a beaucoup d'harmonie, de douceur, je crois qu'il y a la pureté de l'enfance mais avec l'intensité des sentiments du monde adulte. C'est ce que j'ai ressenti en entrant en un certain lieu...C'est singulier comme quelques secondes peuvent vous bouleverser. Si j'aime tant ce tableau c'est aussi parce que je souhaitais l'offrir à quelqu'un mais je n'en ai pas eu l'occasion. Il dort donc dans ma chambre mais je ne le considère plus tout à fait à moi. Je parle souvent des silences, ce qu'il faut lire derrière, de ce qu'il faut écouter derrière ces silences,ici , une fois de plus il y a du silence.Je ne dis rien, toi non plus mais ce n'est pas grave, même si les apparences laissent entendre le contraire, il y a le lien indéfectible entre les deux. Et de même les gestes, même de dos l'amoureuse marque de sa présence l'amoureux et même courbé sur la terre , celui-ci sait qu'elle est là, même sans se regarder ils savent l'un et l'autre que l'autre n'est pas loin. Le Destin vert, c'est aussi l'idée qu'il n'y a pas de hasard et que l'on ne rencontre pas les personnes sans raison. Comme une plume qui vole dans le vent et se pose, un être entre dans la vie d'un autre car il a un rôle a jouer dans sa vie, dans sa vie à lui et dans celle d'AUCUN  AUTRE.

 

Le vertige amoureux

Le 29 mai 2013, 10:10 dans Création 0

                                 Voici aujourd'hui un nouveau tableau dans la série des amoureux masqués. Toujours aux pastels à l'écu mais aux dimensions légèrement plus importantes. Le vertige. Quel est ce vertige? Vertige de soi, de l'autre, vertige de l'amoureuse, de l'amoureux? Vertige de penser à l'autre, de ne pas y penser, que l'autre songe à vous, qu'il n'y songe pas? Vertige du matin, vertige du soir? DOUX vertige ou vertige brusque comme une tornade? Vertige du coeur, vertige au sang,  vertige à l'âme, vertige des mains et des bras? Vertige de partir ou de rester, vertige de tout  et de rien finalement. Que faut-il faire ou dire? Les  amoureux se posent toutes ces questions, continuellement, questionnements douloureux parfois, mais pire serait de ne pas se les poser. Le vertige est donc partout, ce fameux vertige amoureux, au-dessus, en dessous, à droite à gauche, autour, dans, sur et sous les amoureux, c'est pour cela que les amoureux apparaissent plus fins encore que dans les autres toiles, le vertige amoureux les englobe complètement, ils ne peuvent le contrôler. Ce vertige incontrôlable arbore des tons rosés d'un côté, violacés de l'autre, clair, donc et obscur à la fois, comme la vie qui ne peut être complètement blanche ou noire, comme les individus qui ne peuvent être parfaits et sont riches justement par leurs failles et leur imperfection. Les amoureux sont ici en partie fondus l'un dans l'autre; ils se regardent, ne se disent rien:ils savent déjà tout puisque l'amoureuse a compris derrière les silences et connait la vérité résidant sous le masque. Et de son côté, l'amoureux comprend probablement très bien la jeune-femme même s' il ne l'avoue pas. Il y a dans ce tableau beaucoup de pudeur, de délicatesse, dans les gestes par exemple, l'amoureux plaçant sa main contre le bras de la jeune-femme et celle-ci sur la nuque de celui qu'elle aime, mais il y a aussi beaucoup de passion tant les amoureux sont proches l'un de l'autre. Il me semble que dans cette toile les amants masqués font face à leurs peurs tout en sachant que la route sera semée d'embûches, de rires et de larmes, de choses simples mais si précieuses comme une feuille qui tombe ou le partage du lever du soleil,de choses étonnantes mais d'autres ordinaires,( car il faut des choses ordinaires puisque la vie est faite d'éléments concrets, et ces éléments concrets n'empêchent pas les coeurs de battre très fort ni les têtes de tourner, ni les" je t'aime"). Ce tableau  pourrait se résumer finalement à cette phrase J'aime le vertige de vous.

 

Les funambules dans le flou bleu

Le 15 mai 2013, 22:09 dans Création 0

 

                      Aujourd'hui je marque une pause dans ma série sur les amoureux masqués (une pause mais pas une fin) pour présenter un tableau sur le thème des amoureux saltimbanques. Le jeune homme est en train de jongler, la jeune-femme tient une guitare. La mélodie qu'elle joue est celle de la vie, des sentiments. Ils semblent marcher dans le vide. En réalité, ils marchent sur un fil. C'est très risqué,ils peuvent tomber à tout moment mais ce qui peut les faire chuter ce n'est pas le vent ou le vertige mais la peur de vivre. Alors la jeune-femme joue de toutes ses forces, le plus fort possible pour qu'il l'entende. Si tu pars, si tu prends un bateau ou un train je partirais avec toi, si tu me le demandes je suivrais ton chemin, si tu m'avoues tes craintes et tes angoisses , tes doutes je les comprendrais. Rien ne m'effraie de toi puisque je suis là sur ce fil. Et si ton bleu devient noir comme du charbon et ta lumière parfois nuit je t'accepterais cependant. Et si indépendance tu veux garder et mystère, jamais je ne te le reprocherais pourvue que tu me fasses confiance. Jamais l'amoureuse ne juge. Puisque je t'aime puisque tu m'aimes accepte de me suivre.A DEUX, les difficultés de la vie aussi grandes soient elles sont surmontables même si cela est périlleux.  L'Amoureuse à la guitare connait les appréhenssions de l'amoureux qui jongle, celui qui craint de dépendre de l'autre et de perdre sa liberté, et aussi parfois de la faire souffrir par ses angoisses . C'est pourquoi elle lance dans l'air cette mélodie à la guitare. Il y a un an de cela une petite demoiselle à la tête dans les étoiles entrait au ... Rue  C  .... dans le... arrondissement  Qu'avait-elle dans le coeur?Tout cela déjà.

 

Voir la suite ≫